Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Publié dans Non classé | 1 commentaire

ECOLE ARISTIDE GUERY

 

ECOLE ARISTIDE GUERY

Ecole Aristide GUERY. (photo école Aristide Guery)

L’école est située entre la place Varillas et la rue Assolant.

Ancienne école communale de filles, elle fut inaugurée en 1906, devint mixte par la suite, puis école d’application destinée à former les élèves de l’École Normale.

L’école porte le nom d’Aristide Guéry depuis le 16 mai 1982, jour de l’inauguration d’une plaque à sa mémoire dans le couloir de l’entrée de l’établissement..

Aristide Guéry

Aristide Guéry a été Inspecteur d’Académie du département de la Creuse de 1906 à 1910. Artisan de l’École Publique, il possédait un sens aigu des valeurs morales et en particulier de la justice. Devenu figure nationale, il poursuivit la réalisation de son idéal laïc : il a ébauché les premières commissions paritaires et créé une Université Populaire.

PHOTOS DE CLASSES

 

1953 / 1954

1956 / 1957

 

1959 /1960

 

1980 / 1981

1981 / 1982

1983

1984

CARTES POSTALES ANCIENNES

 

 

Publié dans Ecole primaire | Poster un commentaire

ECOLE ROGER CERCLIER à GUERET.

 

GROUPE SCOLAIRE ROGER CERCLIER

Vue aérienne à droite la mairie

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Cerclier

CERCLIER (Roger, Pierre, Alexandre)

Né le 5 février 1899 à Boussac-Ville (Creuse)

Décédé le 15 novembre 1950 à Guéret (Creuse)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Creuse)

Député de la Creuse de 1946 à 1950

 

Roger Cerclier

Issu d’une vieille famille de la Creuse, Roger Cerclier effectue sa scolarité primaire à Guéret puis, en 1915, entre à l’Ecole normale. Nommé instituteur en 1921, il adhère simultanément à la SFIO. Il enseigne dans plusieurs localités du département tout en collaborant à l’hebdomadaire socialiste d’Aubusson Le Mémorial de la Creuse. Roger Cerclier s’intéresse par ailleurs à la coopération et figure parmi les fondateurs de la coopérative de librairie-papeterie "Les presses du Massif central". Dans les années 1930, il entreprend une carrière syndicale : en 1931 il participe à la création de l’Union départementale CGT de la Creuse dont il sera secrétaire de 1934 à 1939 et, à partir de 1936, gère le journal La Creuse syndicaliste.

 

Hostile au régime de Vichy, révoqué de l’éducation nationale en juillet 1942, Roger Cerclier trouve alors un emploi de chef de service à la coopérative agricole "La Marchoise". En contact avec des résistants de la Haute-Vienne depuis octobre 1942, il rejoint le mouvement Libération en février 1943 et organise la Résistance dans la Creuse. Dirigeant départemental de cette organisation puis du MUR (Mouvements unis de la Résistance), inquiété par la Gestapo, il prend le maquis en avril 1944. Le 7 juin il reçoit la reddition de la garnison allemande de Guéret. Président du Comité départemental de Libération, il exerce ses fonctions avec sang froid et modération. En novembre 1944 il devient directeur de l’Office des prisonniers, déportés et réfugiés de la Creuse. Son comportement lui vaudra le grade de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur, la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance. Aux élections du 21 octobre 1945, pour la première Assemblée nationale constituante, Roger Cerclier conduit la liste SFIO dans la Creuse. Avec 28 % des suffrages, le Parti socialiste arrive en seconde position derrière le Parti communiste et obtient l’un des trois sièges à pourvoir, le dernier revenant à Pierre Bourdan, UDSR. Membre de la Commission des affaires économiques puis de celle de la famille et de la santé publique, le député de la Creuse ne dépose aucun texte parlementaire et ne prononce qu’une intervention, relative au budget de l’économie nationale. Il vote les nationalisations et approuve le projet de Constitution qui sera rejeté par référendum le 5 mai 1946.

A nouveau candidat à la tête de la liste SFIO aux élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale Constituante, Roger Cerclier conserve son siège avec 26,8 % des suffrages. Membre des commissions des affaires économiques et du ravitaillement, désigné comme juré à la Haute cour de justice, il dépose un rapport sur l’organisation, à Paris, en 1949, d’une exposition internationale. Il vote le projet de Constitution (28 septembre 1946).

Il se représente aux élections législatives du 10 novembre 1946. Avec 23,3 % des voix la liste SFIO, qu’il dirige, accuse une nouvelle perte. Il est néanmoins réélu, les deux autres sièges revenant au Parti communiste. A nouveau nommé juré à la Haute cour de justice (décembre 1946 et novembre 1947) il appartient aux commissions des affaires économiques et du ravitaillement (1946 à 1949) puis à la Commission de l’agriculture (à partir de janvier 1950). Au cours de la législature il dépose deux rapports sur le projet de loi portant statut de la coopération et rapporte ce texte devant l’Assemblée (1947). II rédige une proposition de loi concernant l’assurance contre les calamités agricoles (23 juin 1950) et intervient en séance sur le projet de loi instituant une aide financière aux victimes de ces calamités (3 et 4 août 1950). S’intéressant particulièrement à l’agriculture, Roger Cerclier prend part à la discussion d’interpellations sur la politique agricole du gouvernement (25 février 1949) et sur les prix agricoles (24 février 1950). Il participe à l’examen du budget de l’agriculture (25 mai 1950) ainsi qu’au débat sur le projet de loi relatif aux prestations familiales agricoles (31 juillet 1950).

Le 15 novembre 1950, alors qu’il sort de son domicile de Guéret, une automobile le renverse. Le lendemain à l’Assemblée, le Président Herriot prononce son éloge funèbre.

PHOTOS DE CLASSES

1958 [voir d'autres photos dans l'album] 

1986 [voir d'autres photos dans l'album] 

CARTES POSTALES ANCIENNES

 

Publié dans Ecole primaire | Poster un commentaire

COLLEGE JULES MAROUZEAU à GUERET

 

COLLEGE JULES MAROUZEAU

 

Aujourd’hui

Cet etablissement a ouvert ses portes pour la première fois comme Lycée de jeunes filles le 15 octobre 1887, puis agrandi en 1936. Transformé en hôpital pendant la guerre de 1914/1918, il devient un  CES en 1974.

Il porte le nom  de Jules Marouzeau depuis 1975.

 

Hier

"Si l’écriture n’évolue pas avec la langue, il vient un jour où elle est non plus une traduction, mais une trahison."

"c’est précisément parce qu’on n’a pas cessé de le parler (le latin ndlr) qu’il s’est transformé sur les lèvres des hommes jusqu’à devenir un jour méconnaissable"

Jules Marouzeau

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Marouzeau

Jules Marouzeau, né à Fleurat le 20 mars 1878 et mort à Iteuil (Vienne) le 27 septembre 1964, était un latiniste français.

Il était professeur de philologie latine à la Sorbonne et directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Il fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1945.

Principaux ouvrages

  • L’Ordre des mots dans la phrase latine. I. Les groupes nominaux (1922)
  • Dix années de bibliographie classique : Bibliographie critique et analytique de l’Antiquité gréco-latine pour la période 1914-1924 (2 volumes, 1927-1928 ; 1963)
  • Lexique de la terminologie linguistique : français, allemand, anglais, italien (1933 ; 1951 ; 1969)
  • Précis de stylistique française (1946 ; 1963)
  • Quelques aspects de la formation du latin littéraire (1949)
  • L’Ordre des mots dans la phrase latine. III. Les Articulations de l’énoncé (1949)
  • La Linguistique ou science du langage (1950)
  • Traité de stylistique latine (1954)
  • Introduction au latin (1954)
  • Aspects du français (1963)
Souvenirs
  • Une enfance (1937 ; 1947 ; 1977). Évocation tout en finesse et retenue des années d’enfance dans la Creuse, avec une sensibilité particulière aux faits de langage et à la nature. Les années d’internat au lycée sont vécues comme une rupture cruelle :

« Si l’on est interrogé sur ces années sans pareilles d’entre dix et vingt ans, on est obligé de faire cette réponse effroyable : je ne sais pas, je n’ai pas vécu ce temps-là. »

Ecrite durant l’été 1936, elle est le récit de sa jeunesse en Creuse (province de la Marche). On découvre la vie du village de Fleurat (à la fin du XIX siècle) avec ses catégories sociales, la maison où il est né, sa famille, le chien, les travaux, les jeux, la classe, l’internat….

Photo de classe

4éme 1988 – 1989 [voir d'autres photos dans l'album] 

Cartes postales anciennes

 

 

Publié dans Collége | Poster un commentaire

LYCEE PIERRE BOURDAN à GUERET

 

LYCEE PIERRE BOURDAN

  

Résumé de la bibliographie de Pierre Bourdan publiée sur le site "WIKIMEDIA"

Biographie

Pierre Bourdan, de son vrai nom, Pierre Maillaud, est un journaliste et un homme politique français, né le 13 mai 1909 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) décédé en juillet 1948 au large du Lavandou (Var). Un village de la Creuse, Le Bourg-d’Hem, où il passait ses vacances enfant, est à l’origine de son surnom.

Il est journaliste dans les publications suivantes: « La Journée Industrielle », « Le Soir », puis devient sous-directeur de l’agence Havas à Londres Il est à l’origine de « l’Agence française indépendante », à Londres. Il parle à Radio Londres de juillet 1940 à juin 1944, participe à l’émission « Les Français parlent aux Français ». En 1944, il est correspondant de guerre auprès de la division Leclerc. Arrêté, il parvient à s’évader et entre dans Paris aux côtés de la 2e Division Blindée.

A la Libération, il collabore au "Figaro"et à "Bref". Député UDSR de 1945 à 1948, il représente la Creuse à la Première Assemblée nationale constituante puis la Seine dans la Deuxième et à l’ Assemblée nationale, il est ministre de la Jeunesse, des Arts et des Lettres, chargé des services de l’information dans le gouvernement Paul Ramadier (1) du 22 janvier au 22 octobre 1947.A ce titre l’on peut considérer qu’il est le ministre de la culture "créateur" du festival d’Avignon et du festival de Cannes. Il élabore un projet de loi sur le statut de la presse, plaide pour la suppression de « l’autorisation préalable » qui régissait la presse. Dans le domaine des arts et des lettres, il institue l’aide à la première pièce, en faveur des auteurs dramatiques. 

 

Pierre Bourdan

Parlementaire français

  • Naissance
    13 mai 1909
  • Mandat
    Député
    1945-1948
  • Circonscription
    Creuse
  • Groupe parlementaire
    UDSR
  • Photo de classe

    Seconde 1989 ou 1990 [voir d'autres clichés dans l'album]

    Cartes Postales anciennes

      

     Vue de face

     

    Vue aérienne

    Publié dans Lycée | Poster un commentaire

    UNE AVENTURE ……

     

    Cet espace est consacré à l’école, mais rassurez vous,c’est plutôt le côté souvenirs, relations, anecdotes …etc.
    Mais aussi les activités ludiques, culturelles ou sportives pendant le temps scolaire et les vacances.
    Ce projet va se traduire par la publication de photos de classes et de bâtiments scolaires, de cartes postales anciennes, de copies d’articles de presse …etc.
     

     

    Bien sur l’humour sera quand même présent …………..
    Toutes les bonnes volontés sont acceptées … alors à vos plumes et fouillez dans vos archives.
     
    A bientôt
    OSCAR

     

     

     

     

    Publié dans Organisations | Poster un commentaire